Emmanuelle Musset

Emmanuelle Musset

Ingéniosité et Respect

Emmanuelle Musset est passionnée par le domaine artistique depuis toujours. Après un baccalauréat option arts appliqués, elle est admise au sein de la prestigieuse École Boulle. Elle y apprend à travailler différentes matières, en particulier le métal et la cire. Elle modèle, moule, grave et estampe, pour créer matrices de médailles, moules de gaufrage, poinçons ou bijoux.
Un jour, en visitant un atelier à Limoges, Emmanuelle découvre la céramique, C’est le coup de foudre pour cette matière qu’elle trouve fascinante, et qui lui ouvre de larges possibilités créatives. Pour apprivoiser ce support, nouveau pour elle, Emmanuelle passera une année aux Beaux-Arts de Tarbes, puis intègrera la classe de céramique de l’École La Cambre à Bruxelles.
Depuis, elle a créé différentes collections sous la marque By Manet, notamment «Terre et verre» et «Confluence», dont une sélection de pièces est présentée chez Galerie Marguerite.
La démarche créative d’Emmanuelle Musset est éclectique, ingénieuse, et toujours respectueuse de la nature, à commencer par son atelier dans l’Essonne, pensé et construit de façon éco-responsable.

Les pièces d’Emmanuelle Musset actuellement chez Galerie Marguerite : vases, pots, boites, vasques


Avec la collection « Terre et Verre », Emmanuelle offre une nouvelle vie à des objets désuets, et magnifie leur beauté. Des pièces en verre, chinées ou récupérées, sont le point de départ pour des créations uniques. Leur alliance astucieuse et adroite avec des pièces en céramique, créées sur mesure, permet à des objets oubliés de retrouver beauté, sens et utilité. Par exemple, Emmanuelle invente une nouvelle histoire et fonction aux verres abandonnés de lampes à pétrole : la cheminée en verre qui jadis protégeait la flamme du vent se réinvente aujourd’hui en tuteur pour les fleurs du vase.

La collection « Confluence » invente de nouvelles fonctions à l’émail. Il ne dépend plus du tesson de céramique, dont il est habituellement la couverture protectrice et le décor, il s’affranchit de son support pour devenir une matière nouvelle, semblable au verre.
L’émail travaillé par Emmanuelle transforme et complète les objets en céramique : il est piètement pour les vasques « Janvier », et devient vecteur de lumière pour les lampes « Fluide ».